Musée des combattants de l’EOKA

Le vendredi 20 juin 1958, à 11 heures, dans le village de Kourdali, une des plus terribles éruptions de la lutte anticoloniale a eu lieu dans le rez-de-chaussée de la maison d’Andreas et Irini Patsalidis. C’était une pauvre maison qui offrait un abri aux combattants. C’est là que les combattants de l’EOKA, Andreas Patsalidis (25 ans), Kostas Anaksagora (23 ans), Alekos Konstantinou (23 ans) et Panagiotis Georgiadis (28 ans, recherché et chef d’un groupe local de partisans) sont morts.

Au cours d’une formation secrète à la construction d’explosifs nouveaux et plus efficaces et à leur utilisation par les combattants, une violente explosion y a eu lieu. Beaucoup d’armes et de munitions de l’EOKA se cachaient dans la maison. Les combattants discutaient de la possibilité de les déplacer à un autre endroit à cause des raids de l’armée britannique dans la région. L’explosion a massacré les jeunes hommes qui se trouvaient à ce moment-là dans la maison. Les causes de cette explosion terrible restent encore bien mystérieuses, et elles ne seront jamais clarifiées.

Sur le site de ce terrible accident, il y a d’objets personnels des combattants et de photographies avec des textes explicatifs qui racontent l’histoire de cette pauvre maison qui est devenu l’étape décisive de la lutte de l’EOKA.

Données de contact
Adresse:
Code postal : 2846, Kourdali
Horaires d’ouverture: Tous les jours de l’année

Lieu

Musées - Expositions

Font Resize
image-footer